post

Peut-on se libérer des ronflements ?

Si dormir est un moment crucial après une journée d’efforts et d’activités en tous genres, tout le monde n’a pas la même aptitude face au sommeil. Mais puisque c’est un besoin vital, chaque personne arrive à trouver son propre rythme pour que ce sommeil soit réparateur.

Ainsi, il y a des gros dormeurs, des insomniaques, des couche-tard et des lève-tôt, mais, quelle que soit la nature du dormeur, quasiment tout le monde ronfle à un moment donné durant son sommeil. À plus ou moins fort volume et sur une durée plus ou moins longue, mais parfois, ces ronflements peuvent nous gâcher la vie. Alors, peut-on s’en débarrasser ?

Qu’est-ce exactement qu’un ronflement ?

Le ronflement n’est ni une maladie ni un désordre physique, il n’est donc aucunement dangereux pour la santé, à part peut-être pour celle de votre conjoint(e), qui ne peut trouver le sommeil tellement votre ronflement fait vibrer la chambre à coucher.

Trêve de plaisanterie, le ronflement durant le sommeil est essentiellement dû à un relâchement de certains muscles comme ceux du pharynx, de la langue et du palais, provoquant un certain blocage de la circulation de l’air de nos voies respiratoires supérieures. En obstruant la trachée de la sorte, ils vont faire vibrer les tissus du palais et de la gorge, et ainsi déclencher les ronflements.

Même si le ronflement peut devenir agaçant, voire insupportable, car doté d’un volume sonore pouvant atteindre celui du passage d’un camion en centre-ville, il n’est donc pas néfaste à la santé tant qu’il n’est pas accompagné de pauses respiratoires plus ou moins longues et répétées. Auquel cas, la personne souffrirait d’apnée du sommeil et devra consulter au plus tôt un médecin. Mais dans les cas les plus banals de ronflements, celui-ci est anodin et le ronfleur lui-même ne saura aucunement qu’il a ronflé.

Quelles sont les causes provoquant ces ronflements ?

On l’a vu plus haut, la cause du ronflement est purement mécanique, mais elle peut être amplifiée par des causes externes. On estime que plus de 50 % de la population ronflerait de temps à autre, et que pas loin de 30 % d’entre elles ronflerait toutes les nuits, même si ces chiffres toucheraient beaucoup plus les hommes que les femmes et les enfants. Une des causes principales provoquant les ronflements serait de dormir sur le dos. En effet, cette position accentuerait le blocage de la trachée par la langue et créerait les vibrations internes.

Mais il y en a bien d’autres telles que le fait d’être en surpoids, le fait de fumer régulièrement et de consommer médicaments ou alcool avant de s’endormir, le fait d’être pris par un mauvais rhume ou une allergie provoquant un écoulement nasal, d’être enceinte, ou tout simplement d’avoir une langue ou des amygdales plus grosses que la normale. Tous ces facteurs sont donc à prendre en compte si on souhaite un tant soit peu réduire ses ronflements nocturnes.

Que peut-on faire pour éviter de ronfler ?

Si les ronflements peuvent devenir embarrassants, au même titre que l’incontinence, pour pouvoir profiter pleinement d’une vie sociale entre amis ou tout simplement d’une vie en couple, il existe des solutions pour les atténuer, voir même pour les enrayer.

Une fois que l’on a écarté la présence d’apnée du sommeil et que l’on est donc sûr de n’avoir que des ronflements, il faut donc faire attention à tous les facteurs cités plus haut et en particulier à sa position pendant le sommeil. En effet, la position de la tête est très importante, car elle peut considérablement obstruer les voies respiratoires. Il existe donc des oreillers spéciaux contre les ronflements, qui permettent de mieux respirer en position couchée en allongeant nettement la taille du cou, tout en relaxant les cervicales. Il existe aussi des gilets de nuit et des bracelets qui vont se mettre à vibrer aux moments choisis, permettant ainsi au ronfleur de savoir qu’il faut changer de position. Ces accessoires peuvent faire sourire, mais ils sont efficaces et ont un impact non négligeable sur les ronflements.

Dans les cas plus extrêmes de ronflements à haut volume sonore, le médecin préconisera le ventilateur à respiration ou l’orthèse d’avancée mandibulaire, aussi utilisés pour soigner les cas d’apnée du sommeil.

Mieux respirer pour moins ronfler

Comme on a pu le voir, prendre soin de son corps permettrait de moins ronfler. Ainsi, le simple fait de faire quelque peu attention à sa ligne, de ne pas boire trop d’alcool ou fumer avec excès serait des facteurs positifs pour atténuer ce symptôme qui peut être très gênant au quotidien. Il est certain aussi que la pratique d’une activité sportive ou de séances de Yoga sera bénéfique dans le travail de notre respiration. Car plus la respiration est équilibrée, plus l’apport d’oxygène dans le corps est constant et plus profond sera le sommeil, sans aucune vibration sonore.

post

Comment en finir avec l’apnée du sommeil ?

S’il est nécessaire de reposer corps et esprit pendant quelques heures de sommeil bien méritées, certaines personnes ont beaucoup de mal à s’endormir, ou à dormir plus de 2 heures par nuit.

Ils sont tout simplement insomniaques, et si cela n’est pas facile à vivre tous les jours, ce n’est en aucun cas dangereux. Par contre, il existe des cas de personnes souffrant d’apnée du sommeil. Ce syndrome étant difficile à diagnostiquer, il n’en reste pas moins néfaste pour la santé et peut même mettre en péril la vie de la personne concernée. Heureusement, il existe aujourd’hui des solutions pour enrayer cet état d’apnée.

Les symptômes et les causes de l’apnée du sommeil

Si l’on peut bien entendu être sujet à des ronflements lorsque l’on se trouve en état d’apnée du sommeil, il faut bien distinguer ces deux symptômes. Le ronflement en lui-même n’a en effet aucune conséquence sur la santé, sauf peut-être pour celle du ou de la conjointe. L’apnée du sommeil est, quant à elle, un problème d’ordre physique dû à un rétrécissement du pharynx. En effet, suite à une incapacité à agir correctement, les muscles du pharynx ont tendance à se relâcher, provoquant un obstacle à la libre circulation de l’air inspiré et expiré. C’est donc un trouble respiratoire du sommeil que l’on nomme plus scientifiquement syndrome d’apnée-hypopnées du sommeil.

Concrètement, cela provoque des modes d’arrêt de la respiration pouvant durer plus d’une trentaine de secondes. Ces pauses respiratoires peuvent être plus ou moins fréquentes, mais dans les cas les plus extrêmes, elles peuvent se répéter quasiment toutes les 5 minutes. L’apnée du sommeil peut toucher tout le monde et les enfants ne sont pas épargnés. Mais les hommes en surpoids en sont les principaux touchés.

Les complications (parfois dangereuses) de l’apnée du sommeil

Si la personne subissant cette apnée ne s’en rend généralement pas compte d’elle-même, ces soudains réveils de quelques secondes, mais en continu, vont avoir un impact néfaste sur son repos, et donc sur son état au quotidien. On parle alors d’un sommeil qui n’exécute plus ses fonctions réparatrices. On sait que presque 80 % des personnes souffrant de ce symptôme vivent avec, sans trop de complication. Ce sont des cas d’obstruction partielle de la trachée. Mais dans certains cas, la trachée étant tellement obstruée que l’air ne peut quasiment plus circuler, amenant un côté néfaste et des plus dangereux.

En effet, privés d’air, plusieurs organes internes se mettent en « veille » pour pouvoir fournir au cerveau l’oxygène dont il a besoin. C’est le cas entre autres de notre cœur, qui va se mettre à battre plus vite, et de plusieurs muscles contrôlant notre pharynx. C’est donc à ces moments que la personne va subir un microréveil dans son sommeil agité, tandis que les voies respiratoires vont se remettre à fonctionner. Jusqu’à la prochaine apnée, qui peut arriver dans les minutes qui suivent, et ainsi de suite.

Les répercussions sur le quotidien sont nombreuses, telles qu’une sensation de fatigue dès le réveil, l’apparition soudaine de maux de tête, un manque évident d’énergie et une irritation en continu. Mais il y a bien pire, car dans certains cas, l’état d’apnée du sommeil sur du long terme peut engendrer des maladies cardiovasculaires, voir même des AVC.

Les solutions à adopter pour en finir avec l’apnée du sommeil

En cas de doute, si l’on perçoit ces symptômes désagréables la journée et que l’on subit de nombreux arrêts respiratoires la nuit, il faut immédiatement consulter son médecin. Ce dernier saura nous guider vers les meilleurs protocoles existants concernant l’apnée du sommeil, car il existe heureusement des solutions pour l’atténuer, voire même pour pouvoir l’enrayer à tout jamais.

En premier lieu, il existe des appareils dentaires appelés orthèses d’avancée mandibulaire, qui peuvent aider à résoudre les problèmes d’apnée du sommeil. Utilisés sur de longues périodes, ils peuvent agir avec efficacité sur l’ouverture de notre trachée et donc faciliter notre respiration.
Ensuite, nous trouvons l’appareil à pression positive continue, ou respiratoire à moteur de ventilation. En envoyant de l’air sous pression dans nos voies respiratoires, cet appareil libère la trachée et les muscles du pharynx et, surtout, empêche toute apnée, microréveil et battement cardiaque intensif. Un vrai soulagement pour la personne concernée qui va retrouver une qualité de vie incomparable, même si le port d’un masque en continu pour dormir peut en rebuter plus d’un.

Il existe aussi des façons naturelles pour atténuer son handicap d’apnée de sommeil. Ainsi, des exercices pour remuscler sa langue et développer les muscles de la gorge peuvent améliorer nettement la respiration, et jouer un rôle essentiel durant notre sommeil. Et plusieurs herbes naturelles asiatiques comme la pinellia, le magnolia et le gingembre auraient des vertus bienfaitrices contre l’apnée du sommeil une fois transformées en tisane. Des thérapies douces donc, mais tout aussi efficaces.